ACCUEIL | ACTUALITE | ASSOCIATION | FORUMS | LIENS

Forum de l'APNEL

Les forums pour échanger sur le naturisme en liberté

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 03-03-2017 22:03:34

jfreeman
Administrateur

Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté...

Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté et pactisait avec la pudibonderie et la répression sad



                   ffn_1b.jpeg


                               Journal des élus et des administrateurs locaux - Mensuel N°27 Juin 1974 - 10 F



Pendant des années, vous avez ainsi cotisez avec une fédération qui n'avait de cesse que de promouvoir le naturisme captif et parfois commercial. Une fédération qui défendait ses structures mais en aucun cas ses adhérents (juste bon à alimenter les caisses). A ce titre, combien d'adhérents ont demandé l'aide de la fédération sans jamais avoir de réponse ?


La situation a heureusement évolué lorsque l'APNEL a été créée.
Ne craignant plus de s'exposer dans les médias, les militants de l'association ont pu ainsi "ringardiser" ses détracteurs naturistes embourbés par leur peur viscérale d'être vu et reconnu.
Mais cela ne s'est pas fait en douceur et nous n'avons été agréé que grâce à la bienveillance et à la clairvoyance du président de l'époque, Paul Réthoré.
Car à l'époque, même l'avocat de la fédération diabolisait la randonue en exacerbant les peurs.
A l'époque, certains responsables naturistes, mal dans leur tenue de peau, nous qualifiaient d'exhibitionnistes (voir ci-dessous). Et à l'époque, Paul avait dû taper du poing sur la table pour que l'APNEL puisse être affilié à la fédération.



                               crbst_bandeau_20nat_27alsace.jpg


                                               Nat'Alsace Année 2008 - numéro 26 Septembre 2008




200809_alsace.jpg


A noter que le "couple d'exhibitionnistes parisiens provocateurs", c'est Sylvie et moi-même.
Sympathique ce Monsieur BCA ! Ce qui fait dire "qu'il est toujours difficile d'être reconnu par les siens"  sad


                   20060816_vosges_194.jpg


A noter que nous avions eu l'occasion de créer plusieurs néologisme pour qualifier "notre naturisme libre et militant".
Ainsi, plutôt que "naturisme sauvage", ressenti parfois comme péjoratif, nous avons proposé "naturisme en liberté" (dans le texte ci-joint, on parle d'ailleurs déjà de "nudisme en liberté"). Et plutôt que nudiste ou naturiste sauvage (donc illégaux), nous avons introduit le mot "nudien" qui met en avant le militantisme, nous rappelle l'histoire des indiens d'Amérique et évoque ainsi les réserves où ils étaient parqués.


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#2 04-03-2017 13:32:58

bsaurez
Membre

Re : Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté...

Oui Jacques, il est toujours intéressant de voir ce qui était pensé dans le passé par nos représentants pour mesurer le chemin parcouru car même si avons parfois l'impression de stagner, en fait, nous avançons.


Pour la FFN, à mon avis, leur frilosité s'explique en partie parce qu'à l'époque, depuis les années 50 en fait, ils courraient vers une reconnaissance nationale comme l'agrément obtenu en 1983. Par rapport à ça, il ne fallait pas trop se montrer "révolutionnaire" mais au contraire rassurer pleinement les autorités et être en accord avec eux.


Amicalement,


Bruno des Calanques


adh3.jpg

Hors ligne

#3 02-05-2017 17:11:32

jfreeman
Administrateur

Re : Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté...

La FFN n'a donc pas toujours soutenu d'une façon saine et désintéressée le naturisme. Le weekend dernier au Club du soleil de Poitiers, j'ai d'ailleurs pu voir affiché dans le "home" cet article de Paris Match de 1971 et évoquer les randonues avec quelques "naturistes traditionnels" qui "maudissaient" toujours l'APNEL. Bref, je me dit depuis longtemps que le naturisme est une chose trop sérieuse pour être confié à la FFN.


   19710814_paris_match_1.jpg


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#4 13-09-2017 09:29:55

jfreeman
Administrateur

Re : Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté...

Intervention de Sylvie FASOL, présidente de l'APNEL :

https://soundcloud.com/epjt-tours/apnel-integre-la-ffn


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#5 27-10-2017 09:09:27

jfreeman
Administrateur

Re : Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté...

Depuis quelques années, l'APNEL est affiliée à la Fédération française de naturisme et s'oppose aux tenants du tout commercial, de l’enfermement et de l'adage "pour vivre heureux, vivons cachés".


L'association propose un soutien aux structures qui veulent s'afficher et communiquer malgré la frilosité de leurs adhérents qui craignent de se retrouver nus sur Internet. Sur le site de la FFN, trop de structures se présentent encore sans illustration pour se mettre en valeur (et c'est bien dommage).
https://ffn-naturisme.com/centres/assoc … rte-apnel/


   site_ffn.jpg


Source : https://ffn-naturisme.com/centres/club- … -de-creil/


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#6 26-04-2018 09:34:50

jfreeman
Administrateur

Re : Quand la FFN condamnait le naturisme en liberté...

La FFN, gestionnaire omnipotent de gros budgets ou réelle "fer de lance" de la promotion du naturisme ?


On peut évidement se poser la question sur l'utilité d'une fédération dont le bilan de ces quarante dernières années pose souvent question. Et ne dites pas à l'APNEL qu'il faille beaucoup d'argent pour pouvoir agir, on sait tous qu'un militantisme altruiste et combatif peut, à lui seul, faire reculer l'obscurantisme. Cet article de l'année 2000 montre bien combien l'espérance de beaucoup de naturistes a, trop souvent, été souillée par l'entre soi et les intérêts individuels.


Espérons que la nouvelle équipe limitera ces dérives mercantiles et insufflera un nouvel élan au naturisme smile


Source : http://www.liberation.fr/societe/2000/0 … ers_334084


20000812_liberation_ffn.jpg


Tout nus, tout bronzés et amers.
Par Ondine Millot — 12 août 2000 à 03:23
Certains naturistes reprochent à la fédération sa dérive mercantile.


  Tout nus, tout bronzés et amers.


«Pouvoir quitter son costume pour vivre tout nu au soleil, sans contraintes, en liberté...», voilà ce qui a séduit Patrick (1), responsable d'un établissement scolaire en région parisienne. Depuis plus de vingt ans, il s'offre chaque été, avec femme et enfants, au moins quinze jours «au naturel». Mais comme de nombreux adeptes de ces vacances «familiales et écologiques», Patrick est un «militant» frustré. La Fédération française de naturisme, fondée en 1950 par une poignée de précurseurs et représentant aujourd'hui 78 000 licenciés, l'a «profondément déçu». «Au départ, j'ai pris ma licence, je voulais militer. Mais je me suis vite rendu compte que, derrière des statuts d'association à but non lucratif, la fédération naturiste cache une organisation commerciale dont la principale raison d'être est de vendre le maximum de licences pour amasser le plus d'argent possible.»


Même «déception» chez plusieurs gérants de campings ou centres de vacances. «La Fédération française de naturisme contrôle le journal officiel du naturisme français, Nat' info», explique une propriétaire de camping du sud de la France, qui souhaite rester anonyme pour préserver son homologation. «Ce journal est distribué à tous les clients potentiels, français, mais aussi hollandais, allemands et belges, qui représentent une part très importante de notre clientèle. Si vous n'avez pas l'homologation de la fédération, vous n'apparaissez pas dans le journal, et personne ne vient chez vous.»


«Critères éthiques». Or ce sont justement les conditions de cette homologation qui sont critiquées par de nombreux naturistes. Pour être accepté dans la fédération, un centre doit répondre à un certain nombre de «critères éthiques» qui ne sont pas précisément définis. Selon une étude réalisée par des avocats et commandée par la FFN, ces critères «mêlent à la fois des appréciations objectives et subjectives qui pourraient être contestées», notamment dans le cas d'un refus d'adhésion. «En fait, pour faire partie de la FFN, il faut être accepté par ses concurrents et ne pas faire d'ombre à un centre qui serait installé trop près de vous», affirme Bernard Davaine, propriétaire du camping non homologué des Routelles, à Séderon (Drôme).


Autre condition discutable de l'homologation: un centre FFN doit obligatoirement acheter au moins deux licences par emplacement et par an à la Fédération (soit, pour un camping de 500 places, 1 000 licences à environ 130 francs pièce). «Certains campings achètent des paquets de licences pour être sûrs de bénéficier de la pub dans Nat' info, mais ils n'arrivent pas à les revendre, car leurs clients sont des habitués déjà licenciés», explique Bernard Davaine.


Usines à licences. Le système satisfait en revanche les grands centres naturistes. Les gros pourvoyeurs de fonds sont en effet administrateurs de droit de la FFN. Trois centres vendant plus de 8 000 licences par an sont dans ce cas: Euronat à Grayan-et-l'Hôpital (Gironde), Montalivet à Vendays-Montalivet (Gironde) et Agde-Oltra au Cap-d'Agde (Hérault). «Ils apportent à eux seuls plus de 70 % du budget de la FFN, explique Francis Toutain, propriétaire du camping homologué Laulurie à La Douze (Dordogne). Comment voulez-vous que les petites structures aient leur mot à dire?»


Ancien directeur de la communication de la FFN, Francis Toutain a démissionné en septembre dernier pour dénoncer cette «dérive commerciale» et réclamer un retour à l'éthique définie dans les années 60 par Albert Lecoq, père du naturisme, comme «une réaction contre la société consumériste». Dans la ligne de mire des défenseurs de la morale naturiste, les pratiques sexuelles échangistes qui font la réputation du camping du Cap-d'Agde. «C'est vrai que la réputation de l'endroit nuit à notre image, reconnaît Jean-Philippe Pavie, vice-président de la FFN. Mais ça concerne surtout la plage et les structures en béton alentour, pas le camping homologué.» La récente OPA menée sur le centre de Montalivet par un groupe d'investisseurs proches du mercenaire Bob Denard n'arrange pas les choses. «Encore une preuve que le milieu est de plus en plus dirigé par l'argent», soupire Bernard Davaine.


Valeurs d'autrefois. Pour les responsables de la FFN, les contestations actuelles ne sont que la résultante d'une «crise interne passagère» et de «querelles de personnes qui existent dans toute association». «Tout devrait s'aplanir à notre prochain congrès, en septembre», assure Gaby Cespedes, la nouvelle chargée de communication de la fédération. Lors de ce congrès, le président Philippe Cardin, à la tête de la fédération depuis dix-neuf ans, remettra son mandat en jeu. L'opposition voit là un «espoir», celui du retour aux valeurs «familiales et écologiques» d'autrefois. Pour que, comme le réclamait déjà le fondateur Albert Lecoq, «l'idée naturiste ne se résume pas à tomber le slip». Ni à ramasser les billets.


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.10