Le soir, au restaurant, nous jouons aux devinettes, histoire de mettre un peu de piment à la chose. Après quelques temps, je finis par deviner qu’il s’agit de son envie de pratiquer le naturisme.

Je ne pousse pas de cris horrifiés : grand "Ouf ! de soulagement pour Didier. Je n’étais pas contre essayer, car comment peut-on parler de ce que l’on ne connaît pas ? Nous nous sommes mis d’accord pour réserver une semaine, cet été, dans un centre naturiste (la Sablière).

Etape suivante : l’envie de Didier de participer à des randonues ! Bon, ça se corse... ! Nous voilà donc inscrits ce dimanche 31 mai à une randonue organisée par l’APNEL.

Petite appréhension pour moi, d’autant que chez moi, je ne me suis jamais promenée nue à la maison, probable "séquelle" de l’enfance durant laquelle ma mère étalait, et m’imposait, sa nudité sans aucune pudeur. Compte tenu de nos relations difficiles, je le vivais comme une agression, d’où mon envie de ne pas imposer cela à mes enfants. Je me suis donc toujours cachée. Bref, arrêtons là la psychanalyse... J’ai accepté cette sortie avant tout pour Didier, et puis aussi comme un défi personnel.

Accueil chaleureux. Nous voilà partis en direction du lieu secret. Nous garons nos voitures et empruntons un petit chemin. A un moment donné, le groupe s’arrête et commence tout naturellement à se dévêtir... C’est le moment pour moi de ne pas me dégonfler... Je m’exécute donc sans faire ma timorée.

Bizarre, au début, comme impression de marcher nue avec des inconnus. Pas de regards déplacés, tout va bien.

Nous progressons jusqu’à une énorme carrière de sable, le ciel est bleu, il fait bon. Je m’habitue et prends goût aux glissades dans le sable.

   

Notre seule rencontre du jour...

Une partie de ballon prisonnier improvisée

 
   

Un peu plus tard, pour finir, Jacques nous invite à le rejoindre : il s’est immergé dans de la boue au fond de la carrière. Bon au point où j’en suis, continuons les expériences !

Je m’y plonge à mon tour et suis étonnée par la fraîcheur du lieu ; et puis, quelle protection naturelle contre le soleil !

   

Sortie un peu acrobatique du bain d’argile, la boue sèche au soleil, je frotte, frotte, frotte, masque de beauté et gommage assuré ! Je rêve d’une bonne douche !

 

Jacques et Yannick ont même mis
la tête sous la boue, le nettoyage est
un peu délicat

Jacques se risque au rincage
dans cette petite mare...

Nous terminons la journée au Club du Soleil de l'Essonne : pique-nique (j’ai une faim de loup !), piscine (je découvre que nager sans maillot est un vrai délice).

Le soir, je n’ai pas eu besoin de berceuse pour m’abandonner dans les bras de Morphée... euh pardon, de Didier...

Chose étrange, je me suis levée cette nuit-là pour aller aux toilettes, en oubliant d’enfiler ma robe de chambre (au cas où je croise ma fille). Cette rando m’aurait-elle déjà un peu changée ?

La suite le dira…

Danièle

Texte de Danièle / Photos de Jacques Gana / Vidéo de Gilles